"1 jour 1 œuvre" à Villeneuve-la-Garenne - © Hervé Véronèse

2. L'ART POUR TOUS, SUR TOUT LE TERRITOIRE

La création du Centre Pompidou en 1977 a marqué le point de départ d’un mouvement d’ouverture des musées à de nouveaux publics, en particulier aux enfants. Fidèle à sa mission originelle, le Centre Pompidou cherche à constamment élargir ses publics de manière à diffuser le plus largement possible l’art moderne et contemporain. Présent hors les murs avec le Centre Pompidou-Metz (2010), le Centre Pompidou poursuit et pérennise son action sur le territoire national.

 

#DES VISITEURS TOUJOURS PLUS NOMBREUX

Avec 3 551 544 visites, le Centre Pompidou affiche en 2018 une fréquentation en augmentation de 5% par rapport à 2017.

Vue de la piazza du Centre Pompidou, 2018 © Hervé VéronèseVue de la piazza du Centre Pompidou, 2018 © Hervé Véronèse

La fréquentation du Musée rencontre un vif succès avec une hausse de 18% par rapport à l’an dernier. En regard des chefs-d’œuvre de la collection, les salles-dossiers qui apportent éclairages et découvertes ont notamment attiré un large public. Quant aux expositions « César, rétrospective » et « Chagall, Lissitzky, Malévitch. L’avant-garde russe à Vitebsk (1918-1922) », elles ont attiré près de 300 000 visiteurs. « UAM. Une aventure moderne » a réuni 210 000 personnes. « Tadao Ando » a fermé ses portes le 31 décembre après avoir été visitée par 167 500 personnes. « Sheila Hicks. Lignes de vie », « David Goldblatt », « Franz West » ont également largement participé à ce résultat en attirant chacune près de 150 000 visiteurs.

 

#L’ACTION TERRITORIALE, À LA RENCONTRE DES PUBLICS 

Outre les relations partenariales nouées avec des musées, pour des expositions ou des prêts, le Centre Pompidou s’investit dans une démarche d’action territoriale renforcée, en cohérence avec les priorités gouvernementales, et en particulier avec le plan « Culture près de chez vous » initié par le ministère de la Culture. Son objectif : développer des actions à même de toucher des publics qui ne disposent pas d’un accès immédiat à la culture. Aussi est-il essentiel de poursuivre et de pérenniser l’action du Centre Pompidou à destination des publics éloignés, en particulier dans les zones de sécurité prioritaires, les quartiers prioritaires de la politique de la ville (à Paris et dans sa banlieue) et le monde rural. 

Sur les territoires prioritaires d’Île-de-France, l’opération « Studio 13/16 au collège » a célébré sa cinquième édition. Initiée en 2014, son objectif est d’aller à la rencontre des collégiens dans leur établissement scolaire (classé réseau d’éducation prioritaire), au cœur de quartiers jugés difficiles. Pour susciter l’intérêt des adolescents pour les acteurs de la création d’aujourd’hui, des ateliers libres sont proposés sur la pause méridienne, suivis de discussions avec une conférencière du Centre Pompidou l’après-midi. Les collèges Jean Jaurès à Pantin, Jean Perrin à Vitry-sur-Seine et Jean-Baptiste Clément à Paris étaient les établissements participants en 2018, avec l’intervention de La Fabrique de la danse et du collectif Briche foraine.

"Studio 13/16 au collège", 2018 © Hervé Véronèse
"Studio 13/16 au collège", 2018 © Hervé Véronèse#
"Studio 13/16 au collège", 2018 © Hervé Véronèse
"Studio 13/16 au collège", 2018 © Hervé Véronèse#
1 jour, 1 œuvre

Après une première édition en 2011-2013, le Centre Pompidou relance « 1 jour, 1 œuvre », programme de sensibilisation à l’art et à la création hors les murs. Pendant une journée, une œuvre majeure des collections du Centre Pompidou est présentée gratuitement au public en dehors du contexte muséal. 

Des projets sur mesure pour une implantation locale et durable

Conçu dans une logique partenariale avec les acteurs du territoire, les parcours du Centre Pompidou dans les régions mêlent des productions du Centre Pompidou à des actions et des initiatives locales. Ces actions ont vocation à s’inscrire dans la durée, pour une période d’au moins trois ans, comme c’est le cas avec les départements de la Somme et du Pas-de-Calais, et le Pays du Centre Ouest Bretagne qui accueille une première manifestation intitulée « En mouvement ! ».

Affiche Parcours Pompidou Lightbox

Produit en 2018, le manège musical itinérant Saule et les Hooppies imaginé par matali crasset a été pensé pour accompagner cet effort de décentralisation. Circulant à travers la France, Saule et les Hooppies fait escale de ville en ville. Son objectif : établir des points d’ancrage entre les équipes du Centre Pompidou et les territoires visités. La présence de ce manège itinérant est l'occasion de mener avec les structures locales (culturelles, sociales, sportives…) diverses actions de médiation et d’éveil à l’art (ateliers jeune public, événements festifs, présentations d’œuvres…).

Saule et les hoopies © Hervé VéronèseSaule et les hoopies © Hervé Véronèse

Saule et les Hooppies 

Commandé par le Centre Pompidou à la designeuse matali crasset, Saule et les Hooppies propose aux enfants de 5 à 10 ans un éveil à l’art et à la culture. À la fois œuvre et tour musical, le manège associe le design, le conte, la musique et la danse, permettant à chacun de prendre conscience de son rôle dans la sauvegarde de la planète. Saule est un arbre remarquable, un saule pleureur qui voudrait réparer le monde. Il s’active grâce à la participation du public, enfants et adultes qui lui donnent vie. En 2018, Saule et les Hooppies a été présenté à l’île de loisirs de Cergy-Pontoise (Yvelines), sur la Piazza du Centre Pompidou à l’occasion de la Création en famille, à l’abbaye de Saint-Riquier (Somme), et au château d’Hardelot à Condette (Pas-de-Calais).
 

Les spectacles vivants, un soutien aux scènes locales

En complément à de nombreuses collaborations avec nos partenaires sur le territoire francilien – l’Opéra de Paris, le Théâtre de la Ville, le Festival d’Automne, la Fiac, le Théâtre de Vanves… – le service des Spectacles vivants continue de s’inscrire pleinement dans le réseau national du spectacle vivant, en s’engageant sur la coproduction de spectacles et de concerts avec des partenaires en région (scènes nationales et festivals) et en favorisant la diffusion d’œuvres présentées pour la première fois à Paris. Le Centre Pompidou participe ainsi pleinement au soutien et à la vivacité des arts de la scène sur le plan national et international. À titre d’exemple, Ola Maciejewska a présenté son Dance Concert au Centre Pompidou ainsi qu’à Caen, Marseille, Rotterdam, Porto et Taichung. La pièce Gaugemancy d’Ali Moini, coproduite et présentée au Centre Pompidou, est diffusée à Saint-Brieuc, à Reims et à Charleroi…

Le cinéma se projette hors les murs

En 2018, les Cinémas du département du développement culturel ont, quant à eux, collaboré avec de nombreuses structures culturelles partenaires : 

- L’institut culturel italien à Paris et le Théâtre du Rond-Point pour Pippo Delbono
- La cinémathèque de Nice a présenté une rétrospective d’une sélection de films de la cinéaste Naomi Kawase en sa présence, en partenariat avec le Centre Pompidou du 20 novembre au 23 décembre 2018. La Maison de la Culture du Japon à Paris a relayé sur son grand écran le film-annonce et les programmes du 23 novembre 2018 au 7 janvier 2019. 
- L’institut Cervantes de Paris et le Centre d’études catalanes ont fait des présentations publiques de l’ouvrage autour d’Isaki Lacuesta coédité par le Centre Pompidou les 27 novembre et 3 décembre 2018.

Les Ateliers de la création dans les lycées professionnels et agricoles

Conçu par l’Ircam et la direction des publics, les « Ateliers de la création » est un programme d’action culturelle à vocation sociale qui se déploie partout en France. 
Aux croisements des arts visuels, des arts du son et des nouvelles technologies, les « Ateliers de la création » sont destinés aux élèves des lycées professionnels et agricoles. Les lycéens sont activement impliqués dans le processus de création d’une œuvre dont ils deviennent les médiateurs lors d’une restitution locale et d’une journée nationale au Centre Pompidou.
Depuis 2007, quarante-sept classes, soit plus de 1 300 élèves, ont bénéficié du programme partout en France. Un réseau « Ateliers de la création » s’est constitué et réunit aujourd’hui neuf régions. En 2018, l’axe de développement prioritaire a été la région Auvergne-Rhône-Alpes où cinq « Ateliers de la création » se sont déroulés. Le modèle s’exporte également à l’international, en Grèce notamment depuis l’an passé, avec le soutien de Creative Europe.

 

#CONSERVER ET PRÉSENTER : L’IMPLANTATION DES RÉSERVES

Afin d’assurer sa mission fondamentale de conservation et de diffusion des collections nationales, le Centre Pompidou porte un projet de nouvelle implantation de ses réserves en Île-de-France. La construction du bâtiment pourrait commencer en 2022 pour une mise en service fin 2025.

Confronté à l’imminente saturation de ses réserves actuelles, due à l’accroissement des collections et au développement de projets internationaux, le Centre Pompidou a étudié dès 2015 l’opportunité d’investir dans un outil réévalué et pérenne qui réponde à une double exigence de conservation et de politique culturelle. Un premier programme fonctionnel a ainsi été élaboré par l’agence abcd en 2017, faisant état d’un besoin de 30 000 m² de superficie totale.

Conçu en complémentarité avec le site parisien, selon la formule hybride innovante d’un pôle de conservation et de présentation des collections, le futur site combinera : 

  • un espace de conservation dédié aux professionnels, regroupant la collection et ses moyens de gestion technique et scientifique ;
  • un espace ouvert au public, porteur d’un projet artistique et culturel original valorisant les œuvres et les métiers du Centre Pompidou, dans une logique partenariale avec le réseau local ;
  • un pôle d’excellence en matière de recherche, autour de la documentation des œuvres du Centre Pompidou et des activités de restauration.

En 2018, un appel à manifestation d’intérêt a été lancé pour sélectionner un lieu d’accueil. Sur les neuf candidatures reçues et auditionnées, six sites ont été retenus et visités par l'équipe projet du Centre Pompidou. En accord avec le ministère de la Culture, les deux communes finalistes, Massy (Essonne) et Le Bourget (Seine-Saint-Denis), seront départagées d’ici janvier 2019, sur des critères à la fois techniques et culturels.

 

#LE CENTRE POMPIDOU-METZ

Une fréquentation qui se maintient à un haut niveau

Depuis son ouverture en mai 2010, le Centre Pompidou-Metz a accueilli plus de 3 626 200 visiteurs, se positionnant parmi les institutions culturelles les plus fréquentées dans les régions. Depuis huit ans, le Centre Pompidou-Metz est le centre d’art moderne et contemporain le plus visité en France (hors Île-de-France) ; en 2018, sa fréquentation globale s’est stabilisée au niveau important de 332 500 entrées.

Vue générale de nuit, Centre Pompidou-Metz © Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines Architectes, avec Philip Gumuchdjian pour la conception du projet lauréat du concours / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz / Photo Roland Halbe.Vue générale de nuit, Centre Pompidou-Metz © Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines Architectes, avec Philip Gumuchdjian pour la conception du projet lauréat du concours / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz / Photo Roland Halbe.

Des expositions de dimension internationale et pluridisciplinaire

Tout au long de l’année, le centre d’art a poursuivi sa vocation d’être un lieu de découverte dynamique et généreux. 

Pendant le premier trimestre de l’année, l’établissement a vécu au rythme de la Saison japonaise, débutée en 2017, et a présenté la scène artistique contemporaine à travers trois expositions : « Japan-ness. Architecture et urbanisme au Japon depuis 1945 », « Japanorama. Nouveau regard sur la création contemporaine » et « Dumb Type. Actions + Réflexions », ainsi qu’une riche programmation de spectacles vivants. 

En février, avec la présentation d’œuvres emblématiques des collections du Musée national d’art moderne, l’exposition « L’Aventure de la couleur. Œuvres phares du Centre Pompidou » a proposé aux visiteurs une exploration thématique de la couleur à travers de grandes installations immersives dans le Forum avec Pénétrable Jaune de Jésus-Rafael Soto et dans les galeries avec la Dream House et The Well-Tuned Piano de La Monte Young et Maria Zazeela. 

Jésus Rafael Soto, Pénétrable jaune, 1999 / Peinture époxy blanche sur acier, tubes en PVC jaune cognac Collection MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne / © Adagp, Paris 2018 / Photo © Jacqueline TrichardJésus Rafael Soto, Pénétrable jaune, 1999 / Peinture époxy blanche sur acier, tubes en PVC jaune cognac Collection MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne / © Adagp, Paris 2018 / Photo © Jacqueline Trichard

C’est également en février que s’est ouverte l’exposition « Fernand Léger. Le Beau est partout » à Bozar, palais des Beaux-arts de Bruxelles. Conçue et organisée par les équipes de Metz, elle a ainsi prolongé pendant cinq mois supplémentaires les festivités autour du quarantième anniversaire du Centre Pompidou.
Au printemps, l’exposition « Couples modernes » organisée en collaboration avec le Barbican Centre de Londres a connu un grand succès public avec plus de 91 000 visiteurs, soit une moyenne de 922 visiteurs par jour. Cette vaste exposition interdisciplinaire a permis de découvrir plus de quarante couples de créateurs à travers plus de 900 œuvres et documents. Elle a ensuite été présentée au Barbican Centre de Londres jusqu’au 27 janvier. 

En octobre, le Centre Pompidou-Metz a consacré deux galeries au thème de la nuit dans la peinture moderne et contemporaine, source d’inspiration majeure de l’histoire de l’art. Accompagnée d’une riche programmation d’événements associés, l’exposition « Peindre la nuit » est restée fidèle à l’esprit de l’établissement ; au-delà de la peinture, elle a offert résonances et parallèles avec la musique, la littérature, la vidéo et la photographie.

Un lien renforcé avec le Musée national d’art moderne

En 2018, sur l’ensemble des œuvres présentées, 25% étaient issues des collections du Musée national d’art moderne soit une augmentation de cinq points par rapport à l’année précédente.