Vue de l'exposition Franz West au Centre Pompidou - © Hervé Véronèse, 2018

4. LA PROGRAMMATION 2018 : EXIGENCE ET DIVERSITÉ

Comme chaque année, le Centre Pompidou a proposé à ses publics une programmation exigeante de monographies contemporaines et d’expositions historiques, consacrées aux figures emblématiques de l’art moderne et à la scène contemporaine.

 

#LES MONOGRAPHIES CONTEMPORAINES

César. La rétrospective

13 décembre 2017 – 26 mars 2018
Galerie 1, niveau 6
Commissariat : Bernard Blistène
361 733 visiteurs / 4 019 visiteurs par jour

Blu Francia 490 , 1998 © ASP Alex Soto Photo
Blu Francia 490 , 1998 © ASP Alex Soto Photo#
César à la Société française des ferrailles de Gennevilliers © Giancarlo Botti
César à la Société française des ferrailles de Gennevilliers © Giancarlo Botti#
César à la Société française des ferrailles de Gennevilliers © Giancarlo Botti
César à la Société française des ferrailles de Gennevilliers © Giancarlo Botti#
César à la Société française des ferrailles de Gennevilliers © Giancarlo Botti
César à la Société française des ferrailles de Gennevilliers © Giancarlo Botti#
Compression « Ricard », 1962 © Centre Pompidou
Compression « Ricard », 1962 © Centre Pompidou#
Compression « Dauphine », 1959 © Hervé Véronèse
Compression « Dauphine », 1959 © Hervé Véronèse#
« Le Pouce » de César sous la neige © Hervé Véronèse
« Le Pouce » de César sous la neige © Hervé Véronèse#

La rétrospective de l’œuvre de César a coïncidé avec le vingtième anniversaire de la mort de l’artiste. Déjà reconnu à l’âge de 25 ans, César a vécu plus de cinquante années de création. Il est la dernière figure majeure du nouveau réalisme dont l’œuvre n’avait pas encore fait l’objet d’une rétrospective au Centre Pompidou. À partir d’une centaine d’œuvres présentées dans la plus vaste de ses galeries, le Centre Pompidou a proposé de découvrir, dans toute son intégrité et sa richesse, le parcours de l’un des plus grands sculpteurs de son temps. Cette exposition a présenté un ensemble inédit à ce jour, faisant alterner les œuvres majeures les plus représentatives du travail de l’artiste avec certains cycles plus méconnus.

Tadao Ando. Le défi et César, la rétrospective, des catalogues primés

Catalogue Tadao Ando, Le défiCatalogue Tadao Ando, Le défi

Le prix CatalPa 2018 a été décerné cette année au catalogue Tadao Ando. Le défi, coédité avec Flammarion et la Bourse de Commerce / Collection Pinault – Paris.
Le catalogue César, la rétrospective a reçu une mention spéciale du jury.
Ces distinctions, remises le 13 novembre par l’association Les Arpenteurs d’expositions ainsi qu’un comité d’experts présidé cette année par Tahar Ben Jelloun, récompensent les plus beaux catalogues d’expositions.

Sheila Hicks. Lignes de vie

7 février – 30 avril 2018
Galerie 3
Commissariat : Michel Gauthier
137 713 visiteurs / 1 913 visiteurs par jour

Exalter la matière, déployer la couleur dans l'espace, laisser une œuvre vivre sous des formes différentes, tels sont les attributs majeurs de l’art de Sheila Hicks. Par-delà le dépassement du modèle historique de la tapisserie, Hicks a édifié un œuvre se mouvant librement entre art, design et décoration, entre héritage moderniste et traditions non occidentales. Si ses colonnes et piles de fibre, aux dimensions parfois architecturales, ont étendu le champ de la sculpture, ses Minimes, petits tissages entrepris dès 1956, dont plus d'une centaine étaient réunis, marient expérimentation et rêverie. Au travers d’un parcours non chronologique, cette exposition a pris le parti de privilégier l'expérience sensible et de favoriser l’immersion dans le monde formel, matériel et chromatique de Hicks.

David Goldblatt

21 février – 13 mai 2018
Galerie 4
Commissariat : Karolina Ziebinska-Lewandowska
130 251 visiteurs/1 974 visiteurs par jour

Cette exposition était, par son envergure, une première en France. Elle a permis de mieux connaître David Goldblatt (1930-2018), à la fois figure clé de la scène photographique sud-africaine et grand nom du documentaire engagé. Ce photographe, dont l’œuvre est très riche, fascine et suscite un grand intérêt tant chez le grand public que chez les spécialistes. L’exposition, montée à partir des archives du photographe, a présenté l’ensemble de son œuvre. Chaque section était enrichie d’un film inédit réalisé à l’occasion de l’exposition, où l’on voit Goldblatt commenter ses photographies – un témoignage unique du photographe qui est décédé peu de temps après la fin de l’exposition.

Sabine Weiss. Les villes, la rue, l’autre

20 juin – 15 octobre 2018
Galerie de photographies
Commissariat : Karolina Ziebinska-Lewandowska, Florian Ebner et Emmanuelle Etchecopar-Etchart


L’exposition de Sabine Weiss, dernière représentante du grand courant de la photographie dite humaniste, a rassemblé près de quatre-vingts photographies, pour la plupart inédites, réalisées dans les années 1945-1960. Les photographies sur la thématique de la rue étaient issues d’un achat par le Musée national d’art moderne et d’un don récent des tirages d’époque de la photographe, qui a souhaité confier un ensemble significatif de photographies au Centre Pompidou. L’œuvre de Weiss était accompagné de celles de quatre artistes contemporains récemment entrés dans les collections du Centre Pompidou : Viktoria Bintschtok, Paul Graham, Lise Sarfati et Paola Yacoub.

Franz West

12 septembre – 10 décembre 2018
Galerie 2
Commissariat : Christine Macel et Mark Godfrey
153 902 visiteurs/1 999 visiteurs par jour

 Exposition Franz West au Centre Pompidou © Hervé VéronèseExposition Franz West au Centre Pompidou © Hervé Véronèse

Cet événement a été la première grande occasion d’évaluer la postérité de l’artiste viennois, l’un des plus influents de ces cinquante dernières années. Plus de cent cinquante œuvres ont été montrées, révélant des facettes méconnues de l’artiste. Riche de nombreuses œuvres inédites, l’exposition a permis de construire une chronologie exhaustive afin de comprendre la globalité de la carrière de Franz West depuis la fin des années 1960 et ses premières sculptures iconiques, les Passstücke, jusqu’à 2012. L’exposition a été coproduite avec la Tate Modern à Londres où elle sera présentée à partir de février 2019.

Tadao Ando. Le défi

10 octobre – 31 décembre 2018
Galerie 3
Commissariat : Fréderic Migayrou
127 054 visiteurs/2 310 visiteurs par jour

L'exposition consacrée à Tadao Ando s’est inscrite dans la tradition des grandes monographies d'architectes au Centre Pompidou qui ont une reconnaissance universelle et une aura mondiale. Conçue par Tadao Ando et retraçant l’ensemble de son parcours au travers de cinq sections thématiques, l’exposition intitulée « Le défi » était un message humaniste pour une architecture qui se veut universelle et partagée par tous. Ce message a été concrétisé par la réalisation à l’échelle 1 de la façade de l’Église de la lumière, symbole iconique de toute son œuvre, reproduite par l’architecte sur la façade sud du Centre Pompidou.

L’édition limitée du catalogue Tadao Ando. Le défi, un succès sans précédent

À l’occasion de la rétrospective de l’architecte japonais Tadao Ando, les éditions du Centre Pompidou ont coédité avec Flammarion et la Bourse de Commerce / Collection Pinault – Paris, le catalogue de l’exposition. L’artiste a souhaité offrir aux premiers lecteurs du catalogue un dessin original signé, collé dans l’ouvrage. Il a réalisé à la main plus de 1 500 croquis uniques autour de trois projets emblématiques : Naoshima, l’Église de la lumière et la Bourse de Commerce. Réservée exclusivement à la vente dans les boutiques du Centre Pompidou et sur la boutique en ligne, cette série limitée du catalogue a connu un succès sans précédent, la vente de l’ouvrage ayant représenté le plus gros chiffre d’affaires mensuel de la boutique en ligne depuis son lancement.

Prix Marcel Duchamp 2018

10 octobre – 31 décembre 2018
Galerie 4
Commissariat : Marcella Lista
70 426 visiteurs/1 280 visiteurs par jour

Portraits des artistes Prix Marcel Duchamp © Manuel Braun

Les quatre finalistes du prix Marcel Duchamp ont été invités, comme chaque année, par le Centre Pompidou à exposer dans ses espaces. Créée par l’Association pour la diffusion internationale de l’art français (Adiaf) et organisée en partenariat avec le Centre Pompidou, cette distinction compte aujourd’hui parmi les prix d’art contemporain les plus prestigieux au monde. Cette nouvelle édition a offert un regard sur la scène artistique en France en permettant de découvrir les productions inédites de Mohamed Bourouissa, Clément Cogitore, Thu-Van Tran et Marie Voignier. Cette exposition s’est fait l’écho de préoccupations communes : repenser le récit à l’heure de la saturation médiatique, poser de nouvelles conditions d’expérience de la mémoire.

Jean Echenoz. Roman, rotor, stator

29 novembre 2017 – 5 mars 2018
Espace de lecture de la Bpi, niveau 2

L’exposition « Jean Echenoz. Roman, rotor, stator » a permis à la Bibliothèque publique d’information (Bpi) de poursuivre sa présentation du fait littéraire, en consacrant un hommage à l’un des plus grands écrivains français contemporains. Elle s’est attachée à proposer une incursion dans l’univers romanesque de Jean Echenoz, évoquant la complexité des mécanismes de la création, le dialogue incessant de l’écriture avec le cinéma ou la musique, les jeux de langue et de langage, les amitiés littéraires et la dimension éditoriale et internationale de cette œuvre majeure.

Riad Sattouf, l’écriture dessinée

14 novembre 2018 – 11 mars 2019
Espace de lecture de la Bpi, niveau 2

Exposition Riad Sattouf, l’écriture dessinée à la Bpi © Hervé Véronèse
Exposition Riad Sattouf, l’écriture dessinée à la Bpi © Hervé Véronèse#
Exposition Riad Sattouf, l’écriture dessinée à la Bpi © Hervé Véronèse
Exposition Riad Sattouf, l’écriture dessinée à la Bpi © Hervé Véronèse#

Poursuivant sa programmation autour de l’art graphique, la Bibliothèque publique d’information a souhaité rendre hommage au travail du dessinateur et réalisateur Riad Sattouf, à qui l’on doit La Vie secrète des jeunes (2007), Pascal Brutal, les Cahiers d’Esther (2014-) et L’Arabe du futur (2014-), et les films Les Beaux Gosses et Jacky au royaume des filles. Cette exposition a mis en valeur l’univers graphique de l’artiste, son regard acéré et tendre sur l’adolescence, la richesse de ses références, son art du récit et la dimension souvent autobiographique de ses travaux.

 

#LES EXPOSITIONS THÉMATIQUES

Chagall, Lissitzky, Malévitch : l’avant-garde russe à Vitebsk (1918-1922)

28 mars – 16 juillet 2018
Galerie 2
Commissariat : Angela Lampe
299 217 visiteurs / 3 117 visiteurs par jour

Marc Chagall, Paysage cubiste, 1919 © Adagp, Paris 2018
Marc Chagall, Paysage cubiste, 1919 © Adagp, Paris 2018#
El Lissitzky, Frappe les Blancs avec le coin rouge, 1919 © Peter Cox
El Lissitzky, Frappe les Blancs avec le coin rouge, 1919 © Peter Cox#
Nikolaï Souiétine, Komposition, 1920 © Adagp, Paris 2018
Nikolaï Souiétine, Komposition, 1920 © Adagp, Paris 2018#
 Marc Chagall, N’importe où hors du monde, 1915-1919 © Adagp, Paris 2018
Marc Chagall, N’importe où hors du monde, 1915-1919 © Adagp, Paris 2018#
Marc Chagall, Double portrait au verre de vin, 1917 – 1918 © Adagp, Paris 2018
Marc Chagall, Double portrait au verre de vin, 1917 – 1918 © Adagp, Paris 2018#

Le projet a révélé un chapitre méconnu des années postrévolutionnaires : la période de l’école populaire d’art fondée par Marc Chagall dans sa ville natale. À travers un ensemble de deux cent cinquante œuvres et documents, l’exposition a présenté non seulement les créations des trois figures majeures de l’école, mais aussi les travaux d’élèves et d’autres enseignants. Après Paris, le projet a voyagé au Jewish Museum de New York dans une version modifiée.

Les produits dérivés / Alicia Andrei × Centre Pompidou

Soucieux de proposer des objets et souvenirs de qualité et de prolonger l’expérience de visite, le Centre Pompidou s’associe avec des créateurs et développe des collaborations autour des produits dérivés en série limitée.

UAM : Une aventure moderne (1929-1958)

30 mai – 27 août 2018
Galerie 1
Commissariat : Olivier Cinqualbre, Fréderic Migayrou et Anne-Marie Zucchelli
210 010 visiteurs / 2 692 visiteurs par jour

L’Union des artistes modernes (UAM) incarne la modernité française au 20e siècle. Elle a rassemblé tous les grands noms de créateurs dans une démarche inédite et inégalée, réunissant disciplines et domaines artistiques variés. Cette exposition inédite a mis en scène cinquante ans de création moderne sous l’égide des noms les plus emblématiques du siècle dernier : de Le Corbusier à Mallet-Stevens, d’Eileen Gray à Charlotte Perriand, de René Herbst à Pierre Chareau… Au cours d’un parcours chronologique articulé en différentes sections, l’exposition remontait aux origines françaises de cet idéal où tous les arts se côtoyaient et se conjuguaient à travers les réalisations collectives et les œuvres de chacun.

Le Cubisme

17 octobre 2018 – 25 février 2019
Galerie 1
Commissariat : Brigitte Léal, Christian Briend et Ariane Coulondre
176 142 visiteurs / 3 595 visiteurs par jour au 31 décembre 2018

Riche de trois cents œuvres et de documents, cette exposition consacrée au cubisme invitait à découvrir un vaste panorama de l’histoire du mouvement à Paris entre 1907 et 1917, de Georges Braque à Pablo Picasso, en passant par Henri Laurens ou Fernand Léger. Au cours d’un parcours chronologique ponctué de chefs-d’œuvre, des ensembles de peintures et de sculptures jamais réunis ont mis en valeur l’évolution à rebondissements du cubisme, remontant aux sources primitivistes et à la fascination des cubistes pour Gauguin et Cézanne.

Une avant-garde polonaise. Katarzyna Kobro, Wladyslaw Strzeminski

24 octobre 2018 – 14 janvier 2019
Galerie d’art graphique
Commissariat : Karolina Ziebinska-Lewandowska et Jaroslaw Suchan (Muzeum Sztuki, Lodz)

Le Centre Pompidou a proposé la première exposition monographique des artistes majeurs de l’avant-garde constructiviste polonaise, Katarzyna Kobro (1898-1951) et Wladyslaw Strzeminski (1893-1952). En couple dans la vie privée, ils travaillaient aussi main dans la main, chacun développant de son côté le langage moderne. L’exposition a présenté la totalité de leur parcours artistique depuis les premières années aux côtés de Kasimir Malévitch, par la réalisation de la théorie de « l’unisme », jusqu’aux dessins de guerre sans oublier la série dédiée aux Juifs assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale qui représente l’une des premières œuvres sur la Shoah. L’exposition, réalisée en partenariat avec le Musée d’art de Lodz (Pologne) dont Kobro et Strzeminski étaient co-fondateurs, a offert non seulement un regard complet sur leur œuvre, mais a permis aussi de découvrir la beauté de leur travail.

Acquisitions récentes du Cabinet d’art graphique

30 mai – 3 septembre 2018
Galerie d’art graphique
Commissariat : Jonas Storsve

La présentation des acquisitions récentes du Cabinet d’art graphique est un rendez-vous important et régulier de la vie du Musée, très apprécié du public. C’est l’occasion d’attirer l’attention sur l’enrichissement constant des collections d’art graphique, riches de plus de vingt mille feuilles. Cette nouvelle édition présentait une sélection, aussi riche qu’éclectique, d’environ cent soixante œuvres sur papier, modernes comme contemporaines. L’exposition rassemblait les œuvres de cinquante-cinq artistes qui illustrent les nombreuses possibilités, techniques comme stylistiques, offertes par le dessin. Œuvres entrées par dations, legs, dons et achats se partageaient les cimaises dans un accrochage chronologique qui accordait autant de place aux dessins modernes que contemporains. Parmi les artistes représentés se trouvaient aussi bien de grands maîtres célèbres comme Henri Matisse, Paul Klee, Kasimir Malévitch ou Salvador Dalí que des créateurs moins attendus comme Dove Allouche ou Ciprian Muresan.

 

#LES MANIFESTATIONS PLURIDISCIPLINAIRES

Le Forum Vertigo de l’Ircam / Coder-décoder le monde

Du 13 au 16 juin 2018
Centre Pompidou, Petite salle et Forum -1
Programmation : Frank Madlener, directeur de l’Ircam, avec Hugues Vinet, directeur de l’innovation et des moyens de la recherche de l’Ircam
En lien avec les expositions « Coder le monde » et « Ryoji Ikeda », dans le cadre de Mutations/Créations 2.

Zoom sur le présent vertigineux, Vertigo propose une série de rencontres internationales entre scientifiques et artistes, ingénieurs et intellectuels. Pour sa deuxième édition, le Forum de l’Ircam a dressé un état de l’art des usages du code et de l’algorithmique dans différents champs de la création – arts visuels, musique, danse, littérature, architecture – et interrogé les nouveaux modes de constitution du savoir opérés par les effets puissants des humanités numériques. Une journée a également été consacrée au programme européen STARTS RESIDENCIES qui promeut la contribution d’artistes à l’innovation technologique.

Mutations/Créations 2

Dans le cadre de la manifestation Mutations/Créations consacrée aux transformations des domaines de création sous l’impulsion des cultures numériques, le Centre Pompidou, en collaboration avec l’Ircam, a proposé une seconde édition dédiée au code et aux écritures numériques.

« Coder le monde »

15 juin – 27 août 2018
Galerie 4
Commissariat : Fréderic Migayrou et Camille Lenglois
81 497 visiteurs / 1 273 visiteurs par jour

L’exposition a présenté l’histoire récente des usages créatifs du code à travers des chronologies et des installations ou projections pour les créations les plus contemporaines. Les artistes, les musiciens, les écrivains, les architectes, les créateurs de toutes disciplines ont en effet été les prescripteurs et les inventeurs d’une nouvelle approche des cultures numériques.

« Ryoji Ikeda – continuum »

15 juin 2018 – 27 août 2018
Galerie 3
Commissariat : Marcella Lista
79 359 visiteurs / 1 240 visiteurs par jour

Compositeur et plasticien, Ryoji Ikeda est un acteur majeur de la musique électronique au Japon. Ses créations invitent à expérimenter une immersion dans un univers qui mêle le son, l’image, l’espace, les phénomènes perceptifs et les équations mathématiques. L’exposition dévoilait une installation inédite ; une salle noire et une salle blanche divisaient l’espace en deux univers opposés et complémentaires, accueillant des installations audiovisuelles et sonores.

Cinquantième anniversaire de Mai 68

À l’occasion du cinquantième anniversaire de Mai 68, le Centre Pompidou a proposé une manifestation pluridisciplinaire inédite qui s’est interrogée sur la permanence et la réactualisation de l’évènement, sans céder à la commémoration ni à la célébration. « Mai 68 – Assemblée générale », c’était l’occupation permanente du Forum du Centre Pompidou sur plus de trois semaines, sous forme d’expositions, de débats, de performances, de projections et d’ateliers en entrée libre.

Conférence pour le 50ème anniversaire de Mai 68 © Hervé VéronèseConférence pour le 50ème anniversaire de Mai 68 © Hervé Véronèse

Move

7 – 24 juin 2018
Forum -1 / Forum
Commissariat : Caroline Ferreira

La deuxième édition de Move, manifestation aux croisements de la danse, de la performance et de l’image en mouvement, était consacrée à la thématique du « corps critique » : relation du corps à l’institution, aux modes de vie comme aux questions d’exclusion, de réparation et de résistance. Cette manifestation présentait deux installations-performances de Maria Hassabi et de Liz Magic Laser, le cycle Vidéodanse et un programme de performances en salle. Cette édition a permis de consolider auprès de la presse et du public une nouvelle identité pour ce festival orienté sur les interactions entre art contemporain, performance et danse. La sélection d’artistes, principalement des femmes, a favorisé une scène prospective et internationale. Elle a été l’occasion de présenter pour la première fois en France le travail de Maria Hassabi et de Hannah Black.

Festival Move au Centre Pompidou © Hervé VéronèseFestival Move au Centre Pompidou © Hervé Véronèse
 

#FESTIVALS

Extra !

5 – 9 septembre 2018
Forum-1 / Forum
Directeur artistique : Jean-Max Colard

La deuxième édition du festival Extra ! consacré aux littératures hors du livre a confirmé la singularité de ce rendez-vous qui réinscrit pleinement la littérature au programme du Centre Pompidou. Ce festival veut en effet donner une plus large visibilité à l’ensemble des formes extra-livresques que revêt aujourd’hui la littérature : lectures, performances, littérature exposée, visuelle ou numérique, poésie sonore, rencontres publiques, et jusqu’à un impressionnant concert du rappeur Jazzy Bazz… En 2018, le festival Extra ! a accentué son croisement avec l’art contemporain en exposant l’artiste azéri Babi Badalov et en invitant la performeuse Violaine Lochue. Les auteurs participaient également à ce mouvement : pour marquer la dixième année et la centième séance de son Encyclopédie des guerres, l’écrivain et critique d’art Jean-Yves Jouannais a investi une salle d’exposition. Extra ! a intensifié également sa dimension internationale par le biais de son prix littéraire Bernard Heidsieck – Centre Pompidou, remis cette année à la poétesse sonore Michèle Métail, à l’artiste suédoise Fia Backström et aux poèmes publics d’Alain Arias-Misson. Associée au festival, la Bibliothèque publique d’information a programmé des séances de rentrée littéraire, ainsi que des ateliers de lecture et d’écriture.

Le festival ManiFeste-2018 de l’IRCAM

6 – 30 juin 2018
Centre Pompidou et salles partenaires : Philharmonie de Paris, Centquatre-Paris, La Villette, la MC93, le T2G, Le Nouveau Théâtre de Montreuil, l’église Saint-Merri
Direction artistique : Frank Madlener, directeur de l’Ircam

Affiche de l'édition 2018 du Festival ManifesteAffiche de l'édition 2018 du Festival Manifeste

En lien avec les expositions « Coder le monde » et « Ryoji Ikeda », dans le cadre de Mutations/Créations 2.

Rendez-vous de la création, de l’émergence et de la prospective artistiques, le festival de l’Ircam est un manifeste pour les arts du temps (musique, théâtre, danse, arts numériques) et pour l’invention technologique.

Apprentissage entre vivants et machines, apprentissage profond et non supervisé dans l’informatique, désapprentissage des acquis, l’intrigue de ManiFeste-2018 s’est jouée entre l’intelligence humaine et l’algorithme, en lien avec l’exposition « Coder le monde ».

Plus de vingt concerts, spectacles et installations ont réuni une centaine d’artistes dont Georges Aperghis, Roland Auzet, Jeanne Balibar, Natasha Barrett, Franck Bedrossian, Sivan Eldar, Robert Henke, Ryoji Ikeda, Irène Jacob, Helmut Lachenmann, Donatienne Michel-Dansac, OpenEndedGroup, Hèctor Parra, Jean-François Peyret, Angelin Preljocaj, Rebecca Saunders, les jeunes compositeurs et interprètes de l’Académie de l’Ircam ainsi que de grandes figures de la recherche.

40 ans du festival Cinéma du Réel

23 mars – 1er avril 2018
Forum -1 / Cinéma 1 / Cinéma 2 / Petite salle du Centre Pompidou
Et Luminor, Forum des Images et salles partenaires
Directrice artistique : Andréa Picard
25 212 spectateurs

Le festival Cinéma du Réel célébrait son quarantième anniversaire en présentant au public cent trente-trois films ainsi qu'une exposition ambitieuse consacrée à l'artiste et vidéaste américain Lyle Ashton Harris. À travers quatre sections compétitives et d'éclectiques programmes hors compétitions (rétrospective Ogawa ; Pour un autre 68 ; In Between:Tacita Dean…) le festival a proposé de rendre compte de la diversité de la création contemporaine et du patrimoine du cinéma documentaire.

Hors Pistes : la nation et ses fictions

19 janvier – 4 février 2018
Forum-1
Direction artistique : Sylvie Pras et Géraldine Gomez

Que raconte-t-on aujourd’hui de la nation ? Comment écrire d’autres fictions de la nation ? À travers l’expérience des différents dispositifs artistiques, les quinze jours du festival ont proposé d’écouter, de voir, de participer, peut-être tout simplement de vivre ensemble. Sur les murs du Forum -1, toutes les actions, les paroles, les fruits des ateliers ont été récoltés, sous forme d’un grand journal ouvert, un atlas révélant jour après jour le récit en cours et à venir d’une nouvelle nation polyphonique et inventive.
 

Soutenir la scène française, une priorité

Établissement au rayonnement international, le Centre Pompidou n’en reste pas moins actif pour soutenir la création française sous toutes ses formes. De nombreux projets présentés en 2018 ont ainsi mis en valeur des artistes français.

C’est le cas, par exemple, des expositions consacrées à Jean-Jacques Lebel, Sabine Weiss (artiste suisse naturalisée française) et évidemment du prix Marcel Duchamp qui a cette année présenté les créations de Mohamed Bourouissa, Clément Cogitore, Thu-Van Tran et Marie Voignier.

Mohamed Bourouissa était également invité par le Studio 13/16 pour un projet de médiation culturelle à destination des adolescents. Au titre des propositions jeune public, la Galerie des enfants a accueilli pendant six mois une exposition-atelier de l’artiste plasticien Claude Closky. La Compagnie du Zerep, compagnie de théâtre de Sophie Perez et Xavier Boussiron, fidèle du Centre Pompidou, a cette année investi le plateau de la Grande salle pour un spectacle jeune public.

S’agissant du spectacle vivant, on peut mentionner, entre autres, les performances de Gaëtan Rusquet et de Jean-Luc Verna, les pièces de Gwenaël Morin et de 2b Company, la soirée consacrée à Frédéric Nauczyciel ou encore le concert de Titus d’Enfer.

Les festivals pluridisciplinaires ont été l’occasion de faire intervenir des artistes français, qu’il s’agisse de la célébration de Mai 68 (conférences quotidiennes dans un amphithéâtre designé par Olivier Vadrot, fresque graphique d’affiches revisitées par Philippe Lakits…) ou du festival Extra ! dédié à la littérature hors du livre (présence, entre autres, de la romancière Chloé Delaume, de l’artiste Violaine Lochu ou encore concert mémorable du rappeur Jazzy Bazz).

Du côté du cinéma, plusieurs soirées ont donné lieu à des rencontres avec de jeunes créateurs français comme Julien Creuzet.

 

#LA PAROLE : DÉBATS D’IDÉES AU CŒUR DE LA CITÉ

Outre l’organisation de la deuxième édition du festival Extra ! consacré aux littératures hors du livre, le service de la parole s’est emparé des questions de société et d’actualité qui ont fait irruption au Centre Pompidou via l’organisation de débats publics dans le Forum, où se croisaient experts, intellectuels et créateurs autour de grands sujets : quelle transition écologique pour la culture ?, #metoo, et maintenant ? ou encore : des limites à la liberté de créer ?

Par ailleurs, le service de la parole convie chaque année un intellectuel à intervenir au Centre Pompidou. Cette année, le contexte historique de l’anniversaire de Mai 68 a motivé le choix d’un intellectuel de terrain, militant, Philippe Mangeot, ex-président d’Act Up Paris. Il a proposé d’animer une revue parlée mensuelle nommée L’Observatoire des passions. Croisant diverses personnalités sur leurs obsessions, mêlant des considérations sur le philosophe Spinoza et les jeux vidéo, le romantisme et les tatouages, cet observatoire résolument contemporain a trouvé son public et se poursuivra en 2019.

.