Présentation de l'installation "Thicket" de Maya Dunietz - © Hervé Véronèse, 2018

8. FINANCES ET RESSOURCES HUMAINES

 

#FINANCES : UN EXERCICE EXCÉDENTAIRE

Dans un contexte de progression de la fréquentation de 5% en 2017, de l’ouverture de KANAL-Centre Pompidou à Bruxelles en mai 2018, des signatures d’un protocole d’accord en février en vue d’un renouvellement du partenariat à Málaga à compter de 2020, puis d’un contrat d’application en décembre dans la perspective d’une implantation à Shanghai fin 2019, l’atterrissage financier au 31 décembre 2018 présente une nette amélioration par rapport à 2017. C’est dû notamment à une augmentation des ressources propres (liées notamment au développement international et au fonds de dotation Centre Pompidou Accélérations) et à un pilotage serré des dépenses.

Au niveau de la comptabilité patrimoniale, qui traduit les engagements pris par le Centre Pompidou ou dont il bénéficie, il peut être constaté un excédent de fonctionnement (dont le personnel) de 277 K€ contre une perte de 2,2 M€ fin 2017 (amélioration de + 2,5 M€).

Évolution positive du résultat patrimonial (en M€)

L’amélioration en 2018 par rapport à 2017 résulte essentiellement du développement des ressources propres comme exposé ci-après (+ 1,5 M€), et d’une stabilisation des dépenses de fonctionnement (- 76 K€ hors opérations d’ordre et hors charges de personnel), la progression des subventions publiques (+ 2,4 M€ dont + 2 M€ de la subvention pour charge de service public) ayant notamment permis de couvrir l’augmentation des charges de personnel.

Zoom sur l’évolution de la subvention pour charge de service public (en M€)

S’agissant du développement des ressources propres (hors échanges de marchandises), les actions initiées depuis deux ans continuent de porter leurs fruits : de 2016 à 2018, les recettes générées par les activités en France, qui sont prépondérantes (82-84% des recettes totales), ont progressé de 1% et à l’international de 15% (implantations à l’étranger, recettes d’expositions hors les murs).

Zoom sur l’évolution des recettes propres de fonctionnement (hors échanges marchandises)

Plus spécifiquement, on observe une forte progression des ressources issues des implantations à l’étranger (+ 2 464 K€), une augmentation constante depuis 2016 des recettes de mécénats et parrainages (+ 1 743 K€), une reprise des recettes des expositions itinérantes et hors les murs (+ 1 447 K€ entre 2017 et 2018 même si le niveau de 2016 n’est pas retrouvé (- 1 146 K€), et les bons niveaux de recettes de billetterie et de ressources commerciales (respectivement à plus de 14 M€ et 6,5 M€) :

CF 2016 - 2018
Évolution comparée de toutes les ressources propres et des financements de l’État (fonctionnement et investissement)

L’évolution des dépenses reflète des programmes de travaux d’envergure, une certaine maîtrise des dépenses de fonctionnement et une augmentation des dépenses de personnel notamment pour accompagner les projets en développement à l’international.

Évolution des dépenses (décaissables) par enveloppe
Zoom sur l’évolution des dépenses de fonctionnement et de personnel (en M€)

Au bout du compte, la subvention pour charge de service public de 2018 permet de couvrir l'ensemble des dépenses de personnel (sous plafond) et 40% des dépenses de structure. De ce fait, les recettes propres de 2018 financent les dépenses d'activité, les dépenses de personnel (hors plafond) et 60% des dépenses de structure.

 

#LES AGENTS DU CENTRE POMPIDOU, SA RICHESSE

Les ressources humaines au service de l’art et de la culture

Les effectifs en 2018

Le Centre Pompidou a employé, au total, 1 051 ETPT (équivalent temps plein travaillés) sur l’année 2018.
Pour l’année 2018, le plafond d’emplois, fixé à 1 013 ETPT, a été consommé à hauteur de 1 007,8 ETPT et a été réparti de la façon suivante :

  • 891,3 ETPT pour les besoins permanents (soit 88,4%) ;
  • 116,5 ETPT pour les besoins non permanents (soit 11,6%).
1 007,8ETPT SUR L’ANNEE 2018

Les emplois sous plafond répondant à un besoin permanent

Le personnel sur besoin permanent se répartit comme suit :

  • 842,5 ETPT en contrat à durée indéterminée ;
  • 32,1 ETPT fonctionnaires accueillis en détachement sur contrat ;
  • 6 ETPT fonctionnaires en position normale d’activité ;
  • 2,3 ETPT en contrat à durée déterminée ;
  • 8,4 ETPT en CDI ou CDD à temps incomplet (BPTI).

Les emplois sous plafond répondant à un besoin non permanent

Ces emplois comprennent :

  • Les emplois temporaires
    Le Centre Pompidou a employé en 2018, en contrat à durée déterminée, 53,4 ETPT :
    • 3,8 ETPT pour la préparation des projets culturels ;
    • 12,1 ETPT pour le remplacement d’agents absents ;
    • 23,4 ETPT dans l’attente du recrutement sur un poste permanent ;
    • 14,1 ETPT en raison d’un accroissement temporaire d’activité.
       
  • Les emplois rémunérés sur crédits
    Afin d’assurer des missions ponctuelles répondant à un besoin occasionnel, le Centre Pompidou a employé 63,1 ETPT. Ces agents, recrutés en contrat à durée déterminée, sont rémunérés sur la base d’un taux horaire.

Les emplois hors plafond

  • Les emplois recrutés dans le cadre d’une convention de partenariat (« Centre Pompidou provisoire » ou « Hors les murs » par exemple) ont représenté 23,9 ETPT ;
  • Les emplois d’avenir ont représenté 0,8 ETPT ;
  • Les services civiques ont représenté 1,3 ETPT ;
  • Les apprentis ont représenté 11,3 ETPT (douze agents en poste au 31 décembre 2018).

Les emplois hors champs

En 2018, l’équivalent de 6,1 ETPT ont été recrutés par le Centre Pompidou sur des emplois « hors champs » (intermittents du spectacle, conférenciers, co-commissaires).

Le contexte démographique

Au 31 décembre 2018, la proportion d’agents de 50 ans et plus était de 48,4% (contre 48,3% au 31 décembre 2017), l’âge moyen étant de 48,7 ans.
Cette situation s’explique par l’histoire de l’établissement qui a connu une vague importante de recrutements dans les années 1970 et d’une faible mobilité externe des personnels.
L’ancienneté moyenne des agents présents au 31 décembre 2018 sur un emploi permanent est de quinze ans.
Au 31 décembre 2018, les agents occupant un emploi permanent sont à 48% des femmes et à 52% des hommes.

48,7 ans
Moyenne d'âge
15 ans
Ancienneté moyenne des agents
Division Homme/Femme des agents

Une politique de recrutement dynamique

L’évolution professionnelle par la mobilité interne, un atout

La politique de recrutement du Centre Pompidou vise à favoriser l’évolution professionnelle interne de ses personnels.

En 2018, 92 postes ont été proposés à la mobilité interne ; quarante agents ont bénéficié d’un changement de fonction.

La mobilité interne en quelques chiffres

Mobilité interneRépartition des recrutementsChangement de situation administrative

NB. La diminution du nombre de passages CDD -> CDI en 2016 est à relativiser par rapport au nombre plus important d’agents bénéficiaires d’un CDI depuis 2014.

Profil du candidat

S’enrichir de nouveaux profils par le recrutement interne

En 2018 la politique de recrutement s’est inscrite dans un contexte de mise en œuvre du décret n° 2017-436 du 29 mars 2017 fixant la liste des emplois et types d'emplois des établissements publics administratifs de l'État prévue au 2° de l'article 3 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984, qui a contraint l’établissement à recruter des fonctionnaires pour la majorité des postes vacants.

De ce fait, l’établissement a développé des modes de recrutement externe adapté à l’accueil d’agents titulaires de la fonction publique au Centre Pompidou. Une procédure spécifique a été mise en place en lien avec la Direction générale des patrimoines et les bureaux de gestion du service des ressources humaines du ministère de la Culture.

Chaque recrutement d’agent titulaire doit faire l’objet au préalable d’un avis favorable de la commission administrative paritaire (CAP) du corps pour lequel le recrutement est ouvert. Le ministère de la Culture produit également les arrêtés d’affectation des agents et procède à la gestion de leur carrière.

En 2018, 24 agents titulaires ont été recrutés parmi les 55 recrutements externes. Parmi ces agents, on dénombre neuf agents de catégorie A, trois agents de catégorie B et douze agents de catégorie C.

Favoriser l’aide à l’insertion professionnelle des jeunes, une chance pour demain

L’apprentissage dans tous les domaines

En 2018, le Centre Pompidou a employé 12 apprentis. Le recours à l’apprentissage s’effectue sur des métiers reflétant la diversité de l’activité du Centre Pompidou et selon des niveaux scolaires différents (CAP, BTS, Master I et II).

L’accueil de stagiaires qualifiés

En 2018, 224 étudiants ont été accueillis en stage dans le cadre d’une convention avec un établissement d’enseignement supérieur. Parmi ces stagiaires, 63 ont bénéficié d’une gratification. 52% des stagiaires accueillis au Centre Pompidou ont un niveau master 1 ou supérieur.

En outre, le Centre Pompidou s’attache à accueillir des collégiens qui souhaitent découvrir les différents métiers de l’établissement.

L’accueil des volontaires du service civique

Depuis 2011, le Centre Pompidou accueille des volontaires en service civique. Ce dispositif s’adresse aux personnes de 18 à 25 ans, sans condition de diplômes. Entre 2011 et 2017, le Centre Pompidou a accueilli 54 volontaires du service civique.

Le Centre Pompidou a obtenu en juillet 2018 un nouvel agrément de la part de l’Agence du service civique. Cet agrément couvre huit missions dans les domaines notamment de l’information des publics, de la médiation, de l’accès à la culture des publics en fragilité sociale, pour 25 accueils par année.

Ce dispositif permet à des jeunes de s’impliquer dans un projet personnel tout en développant des compétences. Pour les services d’accueil, il permet de mener de nouvelles actions expérimentales.

À la fin de l’année 2018, 8 volontaires ont démarré leur mission. D’autres jeunes volontaires seront accueillis tout au long de l’année 2019.

Se former tout au long de sa carrière

La formation professionnelle est un outil de professionnalisation au service des agents et de l’établissement. Elle permet aux agents d’acquérir les compétences nécessaires tant pour l’accomplissement des missions qui leur sont confiées que pour l’adaptation de leurs compétences aux évolutions prévisibles des métiers. Elle peut également être une réponse aux aspirations professionnelles des agents dans le cadre de projets professionnels formulés à titre individuel.

Le plan de formation fixe le cadre destiné à répondre à ces enjeux. Il est élaboré en tenant compte, d’une part, des besoins exprimés par les directions et, d’autre part, de la synthèse des besoins des agents exprimés lors des entretiens professionnels annuels.

En 2018, outre les grands projets de formation portés par la direction générale (formation à destination des encadrants de proximité, formation opérateur-vidéosurveillance, formation au management interculturel, etc.), la direction des ressources humaines a poursuivi la mutualisation des actions de formation, tous domaines confondus, afin d’en faire bénéficier le plus grand nombre.

Le plan de formation 2018 a notamment permis la mise en œuvre d’actions spécifiques :

  • le développement des compétences managériales des nouveaux encadrants ;
  • la professionnalisation des agents de sûreté (CQP APS) ;
  • la conservation préventive élargie à l’ensemble des agents ;
  • l’accompagnement spécifique à l’utilisation des progiciels métiers (SecuTix, Eudonet, SIREPA…) ;
  • les formations réglementaires (HOBO, CACES…).

Par ailleurs, afin de mieux communiquer auprès des agents sur l’offre de formation et de garantir un meilleur suivi des dossiers en cours d’instruction, la direction des ressources humaines a mis en œuvre de nouveaux outils (formulaire de demande de formation, liste de diffusion des avis de session…). Le plan de formation est désormais construit autour de dix domaines supervisés par un interlocuteur unique. Enfin, une boîte de réception dédiée permet de centraliser les demandes des agents.

Pour mieux accompagner la mise en œuvre du compte personnel de formation, une nouvelle commission a été créée au second semestre. Cette commission a pour mission d’instruire les demandes de formation de titre 3 (projet d’évolution professionnelle). Ainsi, 9 agents ont pu bénéficier d’un accompagnement et d’un financement spécifiques dont l’objectif est l’aboutissement de leur projet d’évolution professionnelle.

Les chiffres encourageants de la formation au Centre Pompidou

797 agents formés, soit environ 70% des effectifs de l’établissement.

261 actions de formation ont été réalisées au cours de l’année et 525 sessions de formation ont pu être programmées.

L’enveloppe budgétaire a été consommé à 100% soit 521 772,92€.

 

#UN DIALOGUE SOCIAL DE QUALITÉ

S’engager pour l’amélioration du bien-être au travail

Le réaménagement des espaces de travail

Fin 2017, des travaux de réaménagements ergonomiques ont pu être conduits dans les espaces de travail et les espaces de pause (peinture, mobilier, sol, éclairage, signalétique…) dans un but d’amélioration des conditions matérielles de travail des agents.

La mise en œuvre fructueuse du télétravail

En application de l’arrêté du 31 mars 2017 portant application au ministère de la Culture du décret n° 2016-151 du 11 février 2016 relatif aux conditions et modalités de mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique et la magistrature, le Centre Pompidou a mis en place une politique visant à favoriser le télétravail à partir du mois de juillet 2018, après concertation avec les représentants du personnel.

Peuvent en bénéficier les agents occupant un emploi permanent et dont une partie des tâches de travail peut être réalisée à distance. Le télétravail peut s’envisager au minimum sur une journée de travail par semaine et, au maximum, sur trois journées par semaine.
60 agents ont bénéficié de ce dispositif en 2018.

Le projet Papillon

Pour que le Centre Pompidou soit toujours agile et innovant, les équipes conviées à un séminaire d’encadrement en décembre 2017 ont réfléchi sur les méthodes de travail, les relations entre services et le rapport du Centre Pompidou au public.

Plusieurs sujets se sont dégagés de ce séminaire :

  • simplifier les procédures,
  • disposer de meilleures conditions de travail,
  • recréer des espaces et moments de convivialité entre personnels,
  • améliorer l’expérience de visite pour nos publics.

Les agents du Centre Pompidou ont été mis au cœur de cette réflexion, étant les mieux à même de proposer et mettre en œuvre des actions concrètes pour répondre à ces enjeux. Une démarche participative a ainsi été initiée pour que chacun puisse s’investir et contribuer à l’amélioration de leur environnement de travail.

Un dialogue de proximité : les instances

Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Au cours de l’année 2018 ont eu lieu 8 CHSCT (dont quatre CHSCT propres au Centre Pompidou et quatre CHSCT communs Centre Pompidou-Bpi).
Les sujets évoqués dans cette instance ont notamment porté sur :

  • L’incidence sur les conditions de travail de la réorganisation de plusieurs directions et services (direction juridique et financière, direction de la communication et des partenariats, Musée, département du développement culturel…) ;
  • Le règlement de conduite des véhicules de service (modification) ;
  • Le projet de rénovation de la Chenille et du Canopy (cinq fois) ;
  • Le plan sûreté (deux fois) ;
  • La campagne de mesure des ondes électromagnétiques ;
  • Le plan d’actions d’amélioration des conditions de travail ;
  • Le réaménagement des espaces de l’atelier d’accrochage ;
  • La démarche Papillon (groupes de travail sur la simplification des procédures, le Forum, l’aménagement des bureaux du 6 rue Beaubourg, la convivialité) ;
  • Le plan d’actions du document unique d’évaluation des risques professionnels ;
  • La présentation de la démarche d’évaluation des risques psychosociaux ;
  • Les délégations CHSCT ;
  • Les registres santé sécurité au travail ;
  • Les améliorations des conditions de vie des agents (travaux effectués dans certains espaces et bureaux, télétravail).

Le comité technique (CT)

Sept réunions du comité technique se sont déroulées en 2018. Elles ont porté sur les thématiques suivantes :

  • Réorganisations et évolutions des directions et services : direction juridique et financière, direction de la communication et des partenariats, service de la parole du département du développement culturel, direction du bâtiment et de la sécurité ;
  • Suppressions d’emplois 2018 ;
  • Modalités de mise en œuvre du service civique au sein de l’établissement ;
  • Bilan social 2017 ;
  • Mise en œuvre du télétravail pour les agents de l’établissement ;
  • Plan de formation 2018 et mise en œuvre du compte personnel d’activité ;
  • Cadre de gestion des guides-conférenciers au sein de l’établissement ;
  • Modification de l'article 29 du statut des agents contractuels du Centre Pompidou ;
  • Processus de titularisation dans le cadre du dispositif « Sauvadet 2 » ;
  • Présentation du budget 2019 ;
  • Bilan de la campagne des entretiens professionnels annuels 2017.

Les élections professionnelles

Conformément aux dispositions du statut de la fonction publique, le Centre Pompidou a procédé au renouvellement des mandats des instances de représentation du personnel. Le scrutin, organisé le 6 décembre 2018, s’est déroulé à un tour et a concerné le comité technique ministériel, le comité technique d’établissement et la commission consultative paritaire.

Le comité technique ministériel

Taux de participation : 54,51% (sur 1042 électeurs inscrits)

Le comité technique ministériel

Le comité technique du Centre Pompidou

Taux de participation : 58,54% (sur 1042 électeurs inscrits)
 
Le comité technique du Centre Pompidou

Les membres du CHSCT propre au Centre Pompidou sont désignés par les organisations syndicales, conformément aux résultats des votes au comité technique d’établissement.

Nombre de sièges obtenus

La commission consultative paritaire

Taux de participation : 57,99% (sur 1007 électeurs inscrits)
 
La commission consultative paritaire